Demain, la fin du papier avec les livres numériques?

Le 21 novembre 2007

Après l’industrie du disque, qui a mis près de 7 ans à comprendre comment conjuguer leur business avec les nouveaux usages des mélomanes et l’arrivée des nouvelles technologies. Maintenant la même question va se poser avec l’édition des livres.

livre-numerique-ebook

Prêts à corner des pages virtuelles ?

C’est une évidence, le confort de lecture est beaucoup plus grand sur du papier que sur un écran, aussi plat soit-il. Par contre je me souviens avoir essayé de lire un eBook sur PDA, et on se rend vite compte que la taille de l’écran ainsi que la luminosité joue un rôle important dans le confort. Certains livres électroniques comme le Bookeen ou Portable Reader de Sony sont parvenus avec notamment la technologie de papier électronique E-Ink à pouvoir s’affranchir de rétroéclairage. Cela garantit une bonne lisibilité au soleil, augmente la durée de la batterie et diminue la fatigue visuelle.

Cette semaine sort également le livre électronique Kindle, la dernière sortie d’Amazon. Il s’agit d’un « bouquineur » (terme suggéré par Constance Krebs) qui peut contenir jusqu’à 200 ouvrages. Malgré sa sortie en fanfare je pense que cela ne fonctionnera pas. En effet je vous invite à lire un article sur boingboing, on découvre que ce bouquineur ne lit pas du tout les PDF mais on peut écouter ses MP3 et voir ses photos en JPEG. Où est l’intérêt alors me direz vous? Ce qui est sûr, Amazon se lance pour de bon dans le livre numérique (Å“uvres littéraires, presse quotidienne…) et espère faire aussi bien qu’Apple et son fameux iPod.

Enfin la paix aux arbres…

Avec la dématérialisation des textes le papier n’est plus une nécessité, on coupera donc moins d’arbre et le portefeuille y trouvera son compte aussi. Le but de tous ces livres électroniques est d’offrir une dimension numérique à l’ouvrage. Possibilité de charger plusieurs documents dans divers formats via une carte SD ou bien les télécharger sur internet. Mais surtout je pense que tous les créateurs de ces livres numériques, ainsi que Jeff Bezos (le patron d’Amazon), ils ont tous en tête de changer notre optique sur les livres et nous donner de nouveaux modes de lecture.

Pouvoir lire le contenu de la presse sans aller au kiosque, ou bien le contenu de nos blogs préférés dans le train en mode déconnecté. Et l’ordinateur amène encore plus de fonctionnalités on peut : recopier, annoter, archiver, en plus de simplement lire… Et en bonus avec l’achat d’un ouvrage numérique on recevra nos dédicaces via Twitter ou par email.

Pour dresser un premier bilan

Les baladeurs MP3 ont balayé les baladeurs CD en quelques années, je doute que cela soit le même fonctionnement avec les livres. Tout d’abord on a le format jpg pour l’image, le mp3 pour la musique, et bien que le pdf soit le candidat idéal chaque constructeur de « bouquineur » décide de faire ce qu’il pense le plus en accord avec ses propres intérêts. De plus Google, le géant du web, peine à installer le marché du livre numérique et son usage dans nos esprits.

Les bouquins sont des pièces uniques, voire même des trésors à toucher, à sentir. Je pense qu’on se détendra toujours mieux avec un livre entre les mains plutôt qu’une tablette qui nécessite une prise de courant, des câbles à amener en déplacement… Et je vois mal comment dire à ma famille, en montrant un CD : « voici le dernier policier que tout le monde s’arrache, je vous le passe pour vos vacances? » Bref nos chers éditeurs ne sont pas encore dépassés et les imprimeurs auront encore de nombreuses années devant eux avant de voir le vent tourné.

Qui d’autre que Tim Berners-Lee, le co-inventeur avec Robert Cailliau du World Wide Web et l’actuel président du W3C, pouvait mieux parler de la différence entre la lecture papier et numérique (internet).

Même le site le plus clair, le plus intelligent et le plus étendu ne peut espérer la richesse d’information contenue dans un bon livre de référence. Internet, très clairement, ne peut pas remplacer une bibliothèque publique bien organisée.


4 Commentaires sur "Demain, la fin du papier avec les livres numériques?"

  • Philippe Lestang
    21 novembre 2007 (9:46)

    D’après le site d’Amazon, on peut parfaitement lire des pdf avec Kindle; il suffit de les convertir avec MobiPocket Creator.

  • David
    21 novembre 2007 (10:50)

    Selon le site officiel d’Amazon:

    « PDF conversion is experimental[…] Due to PDF’s fixed layout format, some complex PDF files might not format correctly on your Kindle. »

    Je ne sais pas comment vous le comprenez, mais moi cela ne me donne pas l’impression de fonctionner correctement. Effectivement si on utilise un outil comme MobiPocket Creator on doit pouvoir lire les PDF. Mais on est d’accord, à la base, le produit Kindle ne les supporte pas correctement.

  • Christophe
    21 novembre 2007 (12:07)

    La fin du papier ? Je dirais plutot l’inverse. Les « livres numeriques » interessent les maisons d’edition, la preuve avec ls blogs édités. M6 Editions vient de publier le blog de Brad-Pitt Deuchfahl par-exemple (voir chez presse-citron : http://www.presse-citron.net/?2007/11/20/2743-du-pixel-au-papier-brad-pitt-deuchfahl-ou-l-histoire-d-un-blog-devenu-livre

  • David
    21 novembre 2007 (12:28)

    En effet c’est un belle preuve que le web regorge d’un paquet d’Å“uvres pas encore publiées, et voila aussi un bon encouragement à tous les dessinateurs / écrivains à se faire connaître sur le réseau.