Le post mortem d’eclaireur : Bilan de 12 ans de freelance

Le 20 mars 2017

Un post mortem comme pour présenter un bilan, voici une drôle d’idée ? En effet après plus de 10 ans en tant que freelance développeur je voulais revenir sur les cinq choses que je referais et surtout les 5 choses que j’éviterai à tout prix si je devais tout recommencer.

Les 5 choses que j’éviterai à tout prix :

Travailler avec les mauvaises personnes

Durant toutes ces années j’ai réalisé plus de 350 projets avec plus de 200 clients, j’ai énormément appris sur la psychologie humaine. Et malheureusement j’ai croisé une poignée de personnes qu’on ne recommanderait même pas à son pire ennemi. Souvent les personnes toxiques, les vampires énergétiques ou autres manipulateurs avancent masqués, ils sont rusés, perfides, sadiques et parfois destructeurs. Durant 12 ans j’en ai rencontré 4 (3 femmes et 1 homme), ça a été des périodes très difficiles pour mes collaborateurs et mon entourage car il y a beaucoup de remises en question et de tensions. C’est pour cela qu’il est important de demander à la fin de chaque projet comment le client qualifie notre prestation (bonne ou mauvaise), on qualifie rapidement les personnes de bienveillantes ou de malveillantes. Ce que je veux dire c’est qu’un client peut avoir un avis défavorable tout en étant bienveillant.

Mélanger perso & pro

Pendant des années j’ai travaillé dans un bureau à domicile, au bout d’un certain temps il m’arrivait de travailler jusqu’à 5h du matin, me lever et reprendre à 9h30 dans le coaltar, répondre à des emails le dimanche, etc. La frontière entre perso et pro s’était complètement effacée. Depuis j’ai appris à bien cloisonner et à donner un cadre qui conforte également mes collaborateurs, je sais me rendre disponible pour mes clients ainsi que mes proches.

Une question de vie ou de mort

« C’est urgent », « Tout de suite », « ASAP », « URGENT!!! »… Le nombre d’emails reçus avec ces sujets est incalculable. Certains clients ont avant tout besoin d’être rassurés, accéder tout de suite à leurs demandes urgentes sans réfléchir n’est pas non plus une solution. Il faut répondre sans tarder tout en expliquant le traitement qu’il est nécessaire de mettre en place et la priorité à affecter (je pratique la matrice d’Eisenhower). Après il s’agit juste une question de confiance, si vous embaucher un bon artisan pour bâtir selon les plans de votre architecte, vous partez du principe qu’il connait son métier.

Procrastination quand tu nous tiens

Avec les réseaux sociaux et toutes les autres façons que nous avons de nous connecter, ces activités se prêtent dangereusement à la procrastination. Il vaut mieux définir un processus en découpant l’objectif principal en plusieurs tâches réalisables à court terme avec une montée en puissance. J’essaye de travailler le plus possible maintenant en mode lean startup.

Travailler tout azimut

J’ai eu pendant longtemps un gros problème, je ne pouvais dire « Non », j’ai donc connu des périodes avec plusieurs gros projets en même temps, des problèmes à gérer simultanément, et d’anciens projets qui nécessitaient des mises à jour puis à répondre aux sollicitions externes (cours, conférences, brainstorming, réunionite). Ne vous tromper pas de problème, les autres ne sont pas à mettre en cause, l’ennemi dans cette situation c’est vous-même. En effet il est plus simple de refuser, de déléguer ou bien de reporter que de se plaindre des sollicitations, interruptions.

Les 5 choses que je referai à coup sûr

Travailler avec les bonnes personnes

Il est important de pouvoir compter sur des collaborateurs et d’être motivés pour travailler ensemble sur des projets. Bien que nos métiers soient numériques, ils sont avant tout une addition de compétences bien humaines.

Garder une régularité, agilité et organisation optimale

On peut toujours s’améliorer mais il est important de se remettre en question de temps en temps pour avancer plus efficacement. Souvent après des périodes de vacances, je revenais au travail avec de nouvelles idées pour m’organiser. Les idées viennent, encore plus facilement, après des projets où l’on a connu quelques écueils. N’oubliez pas que vous êtes le premier représentant de votre travail et son meilleur commercial.

Se rendre disponible

J’ai toujours apprécié analyser les besoins d’un clients et prendre le temps d’échanger sur les éventuelles solutions à mettre en œuvre. En revanche je déteste les réunions à rallonge inutiles, interminables, inopérantes. Il faut toujours avoir des objectifs clairs et les annoncer. Enfin être disponible pour ces collaborateurs (une panne, une question), ces stagiaires (besoin d’aide, soutenance), ces amis (un coup de main, une bière) c’est faire preuve de flexibilité et d’organisation.

Apprendre à débrancher

Rien de mieux pour rester concentrer que de se déconnecter de temps à autre, une balade en forêt ou un week-end en montagne, sans ordinateur ni même connexion internet, je sais cela peut être stressant mais cela permet vite de penser (si vous êtes seul) ou de parler (à plusieurs) d’autre chose. Et le plus fort c’est qu’on revient avec des idées plein les cartons et je trouve que cela aiguise notre curiosité et notre imaginaire.

Always day one

Débuter chaque journée avec l’envie farouche d’apprendre quelque chose me motive. Il me semble que garder ce flambeau allumé est d’une importance capitale, car si la motivation reste seulement l’argent on voudra vite travailler pour des clients dans l’immobilier, la gestion de patrimoine et occulter bon nombre de beaux projets potentiels. Comme le dit si bien Idriss Aberkane : un travailleur épanoui est productif, l’inverse n’est pas forcément vrai.


Envie de discuter de cet article ? Envoyer un message sur Twitter ou envoyez-moi un e-mail. Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager sur Twitter ou Facebook.